accueil contact
  Jasmine Narcisse
Mémoire de femmes
Défilée, Dédée Bazile
     
 
< chapitre précédent table des matières chapitre suivant >
 
     
 
 

 
Qu'était-elle en réalité? Une guerrière, une vivandière, ou, au dire de certains récits, une simple victime d'outrages d'une époque toute de bruit et de fureur? Concernant Dédée Bazile, aucun fait nettement avéré sinon une folie rédhibitoire. Folie par quoi elle se retrouvera, sans doute, à braver cet acharnement sans bornes sur le cadavre d'un homme d'Etat assassiné et, par des moyens de son cru, tenter d'offrir à ses sanglants restes, une sépulture jugée méritée, ce qui lui vaudra sans doute d'être, aujourd'hui encore, ce personnage inoubliable et familier de notre histoire.

Née dans les environs du Cap-Français, de parents esclaves, Dédée Bazile qui se serait vue, vers l'âge de 18 ans, la proie des pires outrages de son maître(1), est donnée par certains pour vivandière et, en cette qualité, est présentée au cours des guerres de l'Indépendance, comme l'une de ces multiples comparses évoluant passablement bien à l'ombre et dans le sillage des troupes guerroyantes de l'armée indigène, et ce jusqu'au soir où, surpris à une bamboche au Doco, ses trois frères et deux de ses fils se seraient fait massacrer par les hommes de Rochambeau. Fortement ébranlée par ce choc, Dédée, sombrant dans la folie, continuerait cependant, à hanter le sillage turbulent de l'armée, faisant de plus en plus de Dessalines, à qui elle semblait vouer une vénération sans bornes, cette idole dont elle aura à recueillir les restes(2), ce jour du 17 octobre 1806: «Pendant que de nombreux enfants, au milieu de grands cris de joie, criblaient de coups de pierre les restes infortunés de Dessalines, sur la place du Gouvernement, une vieille femme folle nommée Défilée vint à passer. Elle s'approcha de l'attroupement que formaient les enfants (...) On lui dit que c'était Dessalines. Ses yeux égarés devinrent calmes tout à coup; une lueur de raison brilla sur ses traits. Elle alla à la course chercher un sac, revint sur la place, y mit ses restes ensanglantés et les transporta au cimetière intérieur de la ville. Le général Pétion y envoya quelques militaires qui, pour une modique somme, les enterrèrent»(3)

Dans son numéro de février 1940, Le Document, dont l'abouchement avec d'autres sources ne fait nulle doute, nous présente curieusement une Défilée toute différente, sous le jour surprenant d'une «femme de guerre, au cœur indomptable (qui) avait le goût de l'aventure (...) aimait les convulsions révolutionnaires et témoignait aux soldats de l'indépendance la bienveillance olympienne d'une héroïne.»(4) Cette même version veut qu'elle se soit battue aux côtés de ses deux frères et les ayant vus emportés par les balles et la mitraille, en aurait tout bonnement perdu la raison. Se montrant alors par toutes les rues du Cap, un rire fou sur les lèvres, on la verrait chaque soir hanter les murs du cimetière en quête de leur tombe pour s'y recueillir.

De ces deux versions, à laquelle ajouter foi? On ne sait trop. Toujours est-il que cette femme qui devra son nom à ce mot d'ordre: «Défilez, Défilez» que, dans une complète identification à son idole, elle n'aurait pas arrêté, armée de son bâton, de faire retentir à l'oreille de passants indifférents, l'esprit irrémédiablement perdu dans une revue de troupes, passa une partie de sa vie à Port-au-Prince, au Fort Saint-Claire où, un matin, elle est retrouvée morte de misère sur la voie publique. Un de ses fils, «le colonel Condol Bazile, officier de maréchaussée sous Soulouque, sauvera de la mort Fabre Geffrard, le 27 décembre 1858(5)

(1) Marcelle Désinor, L'Haïtienne face à l'Histoire pp 171 et suiv. (citant Richard Salnave in Revue de la ligue de la jeunesse haïtienne, 20 mars 1896, p90.)

(2) On attendra 1892 pour voir l'érection au cimetière intérieur par le Président Florvil Hyppolite d'un mausolée en marbre blanc destiné à recevoir les restes de Dessalines. Ce monument a été transporté en mars 1936 au Pont-Rouge à l'emplacement où mourut Dessalines. (Georges Corvington, Tome IV, p52.)

(3) Thomas Madiou, Tome III, p406.

(4) Le Document, op.cit. p119.

(5) Id.

 
     
 
< chapitre précédent table des matières chapitre suivant >
 
     
     
 
     
 
copyright © 2002 Jasmine Narcisse. tous droits réservés. Pour les Amis du Livre Haitien: HaitianBookCentre.com
 
 
Bienvenue
 
  contact