accueil contact
  Jasmine Narcisse
Mémoire de femmes
Victoria Montou dite Toya*
17..(?) - 1805
     
 
< chapitre précédent table des matières chapitre suivant >
 
     
 

 
Esclave de l'habitation des Cahos, cette compagne d'armes de Dessalines aurait sans doute vu son nom sombrer complètement dans l'oubli si, pour avoir été à maintes reprises en sa présence et subi comme une fascination de sa personne, un médecin de l'époque, Jean-Baptiste Mirambeau, n'avait cru bon, pour la rappeler à la mémoire, d'en coucher quelques mots.

D'un tempérament réfractaire, nullement émoussé par le côtoiement des pires conditions d'un travail servile et humiliant, Victoria Montou, femme énergique s'il en fût, s'en trouvera astreinte quotidiennement au plus rude des labeurs d'alors: celui des champs. Son meilleur ami était un esclave nommé Jean-Jacques. Celui-ci, d'un profil aussi rêche que le sien, était avec elle d'une telle intelligence, nous dit-on, que leur maître d'alors, prenant ombrage d'une situation que risquait de rendre tôt ou tard périlleuse cet abouchement répété de gens pareillement insoumis, trouva mieux son compte à se débarasser d'elle en la transférant à l'habitation Déluger.

Là, curieux de voir cette femme esclave dont il était si souvent question dans ses conversations, Mirambeau se décide un jour à l'aller rencontrer aux champs : «(...)à la tête d'environ cinquante esclaves, se trouvait Toya, ayant à la main une faulx, sur une épaule une houe et un couteau à indigotier suspendu à la ceinture de son caraco(...). Sur le commandement de Toya, une partie est envoyée au déboisement, une autre au labourage, d'autres à récolter et à mettre dans de grands paniers des céréales.(...) Elle a la voix timbrée, ses commandements sont identiques à ceux d'un général.»

Quelques années plus tard, et toujours à Déluger, la même Toya, une fois de plus, se fera remarquer de Mirambeau, mais cette fois-ci, dans l'agitation et l'euphorie d'une rébellion qu'un régiment, supérieur en nombre, se fait fort de contenir : «Ce petit quantum de révoltés, sous le commandement de Toya, a été vite cerné et fait prisonnier par le régiment. Durant la lutte, Toya se sauve poursuivie par deux militaires; un corps à corps eut lieu entre eux et Toya; l'un d'eux a été grièvement blessé par Toya et l'autre, aidé de quelques autres militaires arrivés à temps, Toya est prisonnière.» A l'interrogatoire qui ne manque pas alors de suivre, Toya, harcelée sans doute, aurait fait l'aveu, qu'ils ne faisaient, ainsi armés et sur pied de rébellion, que répondre à l'appel d'un certain Jean-Jacques, leur chef.

Y a-t-il identité entre ce Jean-Jacques et Dessalines? La relation de Mirambeau à qui l'occasion, nous le verrons, sera offerte, plus tard et en de toutes autres circonstances, d'approcher de plus près encore Victoria Montou, le laisse clairement entendre. En effet, en 1805, peu après l'établissement de l'empire, alors que l'état de santé de Toya laissait à craindre le pire, il fut appelé à son chevet chez l'empereur Dessalines même qui, éploré et demandant secours, la lui aurait alors présentée comme étant sa parente : «Cette femme est ma tante, soignez-la comme vous m'auriez soigné moi-même elle a eu à subir comme moi toutes les peines, toutes les émotions durant le temps que nous étions condamnés côte à côte aux travaux des champs». Il n'y parvint visiblement pas; Toya mourut le jour même, le 12 juin 1805 et fut inhumée le lendemain.

Notre auteur, au témoignage duquel nous devons dans notre mémoire une Toya, par contre toujours vivante, en prenant, en traits hâtifs mais si évocateurs, le soin extrême de retracer pour nous le parcours du convoi funèbre de la barrière du palais au cimetière proche, nous offre aussi le privilège inespéré de pouvoir revivre pleinement les derniers moments sur terre d'une femme dont le moins qu'on puisse dire aujourd'hui de sa personnalité est qu'elle était d'une remarquable tonalité : «Huit brigadiers de la garde de l'empereur portaient alternativement le cadavre. Madame Dessalines entre deux sous-officiers conduisait le convoi(...) Madame Dessalines était vêtue de noir».

* Tiré de : Jean-Baptiste Mirambeau, Victoria, dans Le Document, no.2, Février 1940, p107.

 
     
 
< chapitre précédent table des matières chapitre suivant >
 
     
     
 
     
 
copyright © 2002 Jasmine Narcisse. tous droits réservés. Pour les Amis du Livre Haitien: HaitianBookCentre.com
 
 
Bienvenue
 
  contact