accueil contact
  Jasmine Narcisse
Mémoire de femmes
avant-propos
     
 
< page précédente table des matières page suivante >
 
     
 

Le contexte socio-politique de ces dernières années a été chargé en péripéties diverses, en périodes difficiles, où se sont succédé reculs dramatiques et avancées spectaculaires. Parmi celles-ci, une poussée qualitativement plus repérable des femmes haïtiennes sur la scène politique: première femme-chef de l’Etat, première femme chef du gouvernement, plusieurs femmes ministres.

L’idée de ce travail est née à la section Promotion de la Femme - Organisation Communautaire de l’UNICEF-HAÏTI et s’appuie sur la conjonction de deux convictions:

La première est que cette représentativité nouvelle ne devait pas être considérée par le grand public comme une génération spontanée, mais devait être comprise comme étant la continuité d’un long cheminement, et l’aboutissement de nombreuses étapes de la lutte des femmes haïtiennes.
La seconde veut rappeler à toutes et à tous que ce pays en crise est le fruit d’une histoire où les femmes ont joué un rôle. Désir de le faire connaître.

Jasmine Claude-Narcisse a travaillé sur ce projet avec engagement et persévérance, nous fournissant un document allant au-delà des prévisions de départ. Elle s’en explique elle-même dans l’introduction. Nous l’en remercions.

Cependant nous considérons ce livre, qui propose à notre mémoire une magnifique galerie de portraits, comme le déchiffrement d’une terre sinon vierge du moins embroussaillée. Que celles qui n’auront pas été retrouvées dans cette quête nous pardonnent.

Que ce recueil serve de tremplin à mieux faire la prochaine fois, à aller de l’avant.

Une prochaine étape pourrait être une analyse du rôle de la femme haïtienne dans notre histoire à partir de son point d’ancrage. Car celles rappelées ici à notre mémoire nous sont livrées dans leur vécu ou dans leur insertion spécifique et l’on retrouve dans le même bouquet la courtisane et la militante, l’intrigante et la guerrière, l’intellectuelle et la guérisseuse, la journaliste et l’artiste.

Toutes furent célèbres en leur temps, mais toutes n’ont pas joué le même rôle et n’ont pas la même place dans la longue lutte pour l’émancipation de la femme haïtienne dans l’histoire de notre pays.

Nous n’aimerions pas clore cet avant-propos sans ouvrir la réflexion et le débat sur quelques problèmes fondamentaux de l’histoire au féminin.
Le premier est qu’il est parfois trop facile de mettre sur un piédestal des femmes d’exception pour ne pas parler des autres, de toutes celles qui n’ont pas eu l’occasion, l’opportunité qu’on découvre à quoi leurs tâches et leurs actions participent de la construction d’une nation. Trop souvent on a construit l’histoire au féminin uniquement à partir de ces femmes hors pair, qui, si elles constituent des repères pour nous, ne sont pas les seules à mériter de notre souvenir.

Il est vrai que dans une histoire où nous avons encore à ”démontrer” les capacités et les valeurs féminines, ces points de repère sont importants.
Cependant l’émergence de ces figures trop souvent méconnues, une meilleure connaissance de l’action de ces femmes, trop souvent oblitérées, qui apparaissent si peu dans les historiographies traditionnelles, nous forcent à nous poser les questions suivantes:

  • L’histoire de ces femmes ne remet-elle pas en cause les découpages chronologiques généralement admis dans notre histoire de peuple?
  • L’établissement d’une chronologie qui les prennent en compte est-il un enjeu important de la lutte des femmes pour la reconnaissance de leur droits en tant que citoyennes?

Nous serions tentée de répondre, avec Christiane Klapisch-Zuber*:
”Leur splendide isolement, la discontinuité du récit qu’elles autorisent, engagent à les considérer comme des charnières dans le déroulement historique. Des charnières différentes des césures traditionnelles..... Il semble plus urgent de déplacer le regard, de susciter un autre effort de lecture des ”faits” historiques, une lecture qui en appelle à l’idée encore neuve que la différence des sexes et les relations qu’ils entretiennent interviennent dans le jeu social, dont ils sont création et effet en même temps que moteur.”

Ce travail d’introduction de nouvelles perspectives reste à faire, nous serons heureuse si ce livre a contribué à vous y convier.

 

Eveline Pressoir
Responsable de la Section «Promotion de la Femme - Organisation Communautaire»

 

* Christiane Klapisch-Zuber: Introduction au volume ”Le Moyen Age” écrit sous sa direction, dans la série ”Histoire de femmes ” dirigée par Georges Duby et Michelle Perrot-Edition Plon 1991

 
     
 
< page précédente table des matières page suivante >
 
     
     
 
     
 
copyright © 2002 Jasmine Narcisse. tous droits réservés. Pour les Amis du Livre Haitien: HaitianBookCentre.com
 
 
Bienvenue
 
  contact